Le programme du festival numérique «Latitude» du 4 au 6 juin est en ligne

Le festival numérique « Latitude » présente du 4 au 6 juin des débats et des contributions artistiques sur la question de savoir comment fonctionnent les structures coloniales dans le présent et comment les surmonter. Des invités internationaux tels que la stratège numérique Nanjira Sambuli, l’interprète Trixie Munyama, l’historien Ciraj Rassool et le chercheur en migration Mark Terkessidis s’occupent de cela pendant trois jours en ligne à l’invitation du Goethe-Institut. En plus des discussions, des performances et des concerts, les visiteurs peuvent participer à des débats de chat, faire un entraînement de décolonisation ou cuisiner avec un blogueur culinaire de Lagos.

Le festival est divisé en quatre complexes thématiques qui négocient les continuités des structures coloniales: l’inégalité économique; Traiter des biens culturels; Racisme, identité et mémoire; ainsi que l’égalité numérique mondiale. La plupart des événements sont proposés en direct, la langue du festival est principalement l’anglais (des traductions allemandes sont parfois proposées).

Ouverture du festival – après une vidéo d’accueil du ministre d’État à la Politique culturelle internationale Michelle Müntefering et le secrétaire général du Goethe Institute Johannes Ebert – avec une conversation entre l’analyste politique kenyan et stratège numérique Nanjira Sambuli, le politologue indo-allemand Nikita Dhawan et le philosophe sénégalo-américain Souleymane Bachir Diagne sur la colonialité de la pensée, des infrastructures et des ordres institutionnels dans nos sociétés (jeudi 4 juin 2020, 11h30).

Le changement numérique exacerbe les inégalités sociales et économiques, car ce sont surtout les régions et les personnes les plus aisées qui en bénéficient. Les inégalités existantes semblent être devenues encore plus claires du fait de la crise de Corona. Nanjira Sambuli discute avec des experts de l’Internet à quoi ressembleront leurs visions de l’Internet du futur (jeu. 4 juin 2020, 15 h 30, Repenser Internet: les voies de l’égalité numérique).

Le traitement des biens culturels volés est un sujet très controversé, notamment depuis la publication du rapport de restitution de Bénédicte Savoy et Felwine Sarr. Le panel avec les avocats Leora Bilsky de Tel Aviv et John Nakuta de Windhoek et d’autres experts saisissent cette occasion pour explorer les possibilités et les limites de la restitution en tant que «justice transitionnelle» (ven. 5 juin 2020, 12 h 30, Apprendre les uns des autres: la restitution comme défi éthique et juridique).

Le débat sur le statut des musées et leur pertinence sociale continue de demander à de nombreuses maisons comment elles voient leur futur rôle. Refléter dans un panneau Tonya Nelson (Avocat et historien de l’art, Londres), Léontine Meijer-van Mensch (Directeur du musée, Leipzig), Ciraj Rassool (Historian, Cape Town) et d’autres sur les pratiques muséales actuelles, quels défis ils doivent relever et quelles opportunités ils saisissent pour de nouveaux modèles de musées (ven.5 juin 2020, 15h30, L’avenir des musées).

Quel rôle l’ère coloniale joue-t-elle dans la conscience historique et la culture du souvenir en Namibie, en Allemagne ou en Inde? La question de savoir comment gérer son propre passé colonial et le racisme du présent se pose différemment selon les endroits. L’auteur et l’éditeur indien discutent de qui est impliqué dans le discours public, qui est affecté par la discrimination et comment l’identité se développe à travers l’identification Urvashi Butalia, Nelago Shilongoh, Metteur en scène et actrice de Windhoek et chercheur en migration à Berlin Mark Terkessidis, modéré par René Aguigah (Deutschlandfunk Kultur) (sam., 06.06.2020, 16 h 00, Mémoire réprimée: les politiques d’identité et de mémoire mises à l’épreuve).

Le danseur et chorégraphe Trixie Munyama de Namibie traite des horreurs du passé colonial allemand avec sa chorégraphie « The Deuil Citizen » et remet en question le contexte du génocide de Herero et Nama, dont les conséquences s’étendent jusqu’à nos jours. Dans une performance vidéo, elle et ses contributeurs transfèrent pour la première fois la pièce immersive dans un espace virtuel (ven.5 juin 2020, 18 h 00). Le citoyen en deuil).

Le chorégraphe Joana Tischkau vous invite à « Colonastics »: Basé sur l’idée que nous pouvons utiliser les techniques de fitness de notre vie actuelle en quarantaine pour réapparaître en tant que versions plus fortes, plus en forme et meilleures de nous-mêmes, elle développe une séance d’entraînement qui décolonise le corps, l’esprit et l’âme et critique Fait la lumière sur les pratiques de l’industrie du fitness (jeudi 4 juin à 14 h 25, ven 5 juin à 14 h 15 et samedi 6 juin 2020 à 14 h 25) Colonastic, puis entretien avec Joana Tischkau).

Invite à la conversation de cuisine Ozoz Sokoh de Lagos: Elle retrace les liens entre les cultures alimentaires de différents pays. Au Festival Latitude, elle prépare des boulettes de haricots nigérians (Akara) et brésiliens (Acarajé) frits. Et cela ouvre des perspectives sur les pratiques (inter) culturelles: quelles influences ces plats ont-ils façonnées? Que disent-ils des structures (dé) coloniales? Les recettes peuvent être cuisinées à l’avance (ven.5 juin 2020, 14h00, Cuisine itinérante).

Ces événements et tous les autres seront annoncés immédiatement à: www.goethe.de/latitude-festival. le Site Internet servira de plate-forme pour le festival pendant la période de l’événement. Vous trouverez également des informations sur le programme de soutien ici:

le Programme radio «Latitude on Air: Unsettling Power Relations» est diffusé depuis un studio au cœur de Berlin, organisé par le Goethe-Institut et l’artiste indépendant radio reboot.fm ainsi que Radio Netzwerk Berlin. Les thèmes principaux du festival «Latitude» complètent le «Morning Show» quotidien, mais aussi des performances audio, des reportages radio expérimentaux, des interviews avec des invités du monde entier et des émissions du programme du festival.

En coopération avec l’Arsenal – Institut d’art cinématographique et vidéo e. V. est lancé via la plateforme Arsenal 3 Programme du film montré avec des œuvres d’artistes qui se concentrent sur des expériences de mémoire. Traverser les frontières et faire amende honorable sont explorés ainsi que les routines et les cycles – et le désir radical de changement. Avec des films de Thirza Cuthand, Christa Joo Hyun D’Angelo, Trinh T Minh-ha, Lemohang Jeremiah Moses, Ng’endo Mukii, Wendelien van Oldenborgh et Jessica Lauren Elizabeth Taylor.

le Magazine en ligne «Latitude» (www.goethe.de/latitude) publie des débats et des contributions à long terme sur le thème de la décolonisation et des relations de pouvoir post-coloniales par des experts internationaux.

Afin d’atteindre un large attrait, Deutschlandfunk Kultur est un partenaire médiatique et contribue au festival avec deux programmes bien placés: avec un programme d’appel de deux heures sur le thème «Décolonisez-vous!» (Sa, 06.06.2020, 9:05 am) et une discussion sur la «participation numérique» (ven 5 juin 2020, 18h05).

Le programme complet du festival est en ligne:
www.goethe.de/latitude-festival

Nous demandons l’inscription sous:
presse@pr-netzwerk.net

Contact presse:

Réseau de relations publiques | Annette Schäfer
presse@pr-netzwerk.net
Tél: +49 30 61 65 11 55

Le Goethe Institute est l’institut culturel mondial de la République fédérale d’Allemagne. Avec 157 instituts dans 98 pays, il promeut la connaissance de la langue allemande à l’étranger, favorise la coopération culturelle internationale et communique une image actualisée de l’Allemagne.

Partenaire média: Deutschlandfunk Kultur

Contact:

Réseau de relations publiques | Annette Schäfer
Tél: +49 30 61 65 11 55
presse@pr-netzwerk.net

Viola Noll
Adjoint attaché de presse
Institut Goethe
Bureau de la capitale
Tél.: +49 160 96 99 09 95
noll@goethe.de

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *