Les écoliers de Nordhausen se révèlent être des talents linguistiques

Les écoliers de Nordhausen se révèlent être des talents linguistiques

Nordhausen.
Les élèves de septième année de Herder High School participent à un concours fédéral avec les déchets, l’histoire de l’école et les mascottes.

Talents linguistiques sensibilisés à l'environnement (de gauche à droite): Mia Döring, Elisabeth Krebs, Johanna Ibe, Pauline Herzberg, Agnesa Muciqi, Emil Wabersich et professeur Bianca Tschakert.

Talents linguistiques sensibilisés à l’environnement (de gauche à droite): Mia Döring, Elisabeth Krebs, Johanna Ibe, Pauline Herzberg, Agnesa Muciqi, Emil Wabersich et professeur Bianca Tschakert.

Photo: Heike Roeder

Les écoliers de Nordhausen se révèlent être des talents linguistiques

Au total, 17 élèves de la 7e année du lycée Nordhausen Herder ont participé au concours fédéral de langue cette année scolaire et ont relevé le défi de traiter un sujet de leur choix d’une manière imaginative, créative et, surtout, axée sur la langue.

Commencés dans la catégorie des équipes, ils ont formé trois groupes et ont demandé à leur professeur d’anglais Bianca Tschakert un soutien pour les questions d’organisation. Pendant des années, elle a su inspirer ses filles et ses garçons et s’occupe régulièrement des groupes scolaires qui participent au concours de langues étrangères.


Inscrit dans l’équipe catégorie, chaque groupe doit créer une contribution vidéo ou audio ainsi qu’une documentation écrite. Ce dernier comprend le script et éventuellement des informations de base sur le travail du projet ou l’équipe, ainsi que des photos. Cette partie écrite peut avoir une longueur maximale de 30 pages. La contribution orale, c’est-à-dire la vidéo ou la contribution audio, dure dix minutes.

Les élèves se tournent résolument vers l’œuvre. Ils ont formé les équipes de manière indépendante, ont discuté de sujets et se sont mis d’accord sur un objectif. Un script devait être écrit et la mise en œuvre prévue.

La planification de la vidéo ainsi que le tournage et le montage étaient très amusants pour tous les participants, même si l’équipement de haute qualité, c’est-à-dire des caméras, des tablettes, des programmes attrayants pour le montage, etc., manquait et que les étudiants ne pouvaient filmer qu’avec leur propre smartphone.

Le groupe de six personnes autour de Mia Döring a thématisé les emballages plastiques et les déchets d’emballages associés. Encore plus: ils font clairement référence à des alternatives lors de leurs achats et appellent le spectateur à apporter sa propre contribution. De plus, cet article a été conçu en plusieurs langues. En plus de l’anglais, ils ont intégré le français, le russe, le latin et l’allemand.

La deuxième équipe les a invités à voyager dans le temps. Ils ont opposé la vie scolaire quotidienne et les conditions d’enseignement et d’apprentissage de l’époque de l’empereur à celles d’aujourd’hui et l’ont émaillée de stéréotypes et d’une dose d’humour.

Les huit membres du troisième groupe s’occupaient de Silky, la mascotte du livre anglais. Ils ont insufflé la vie au sceau, l’ont fait paraître drôle, divertissant et parfois un peu fou, et l’ont confié aux soins d’une clique de filles.

Cette année scolaire n’a pas été suffisante pour la place gagnante, mais les retours sur les contributions ont été très positifs. Pour leur engagement, les participants, issus principalement du 7/1, ont reçu des félicitations pour la sélection des sujets, le scénario et la documentation du jury. Ils ont été honorés d’un certificat. Et pour les équipes, il est absolument clair qu’elles participeront à nouveau à la compétition l’année prochaine. D’ici là, la numérisation pourrait également ouvrir de nouvelles possibilités techniques.

Vers les commentaires

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *